AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
welcome message
Bienvenue sur LES METAMORPHOSES, forum RPG fantastique se déroulant dans la célèbre ville d'Athènes
De nombreux scénarios sont à prendre, n'hésitez pas à aller jeter un oeil !
N'oubliez pas de lire TOUTES les annexes c'est important !
faire connaître le forum
N'oubliez de voter régulièrement sur le TOP SITE
Mais aussi, remontez régulièrement le sujet BAZZART
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum
hiatus
les métamorphoses est actuellement en hiatus, mais on rouvrira très bientôt!
soirée cb à venir!
venez vite nous dire quand vous seriez disponible pour une super soirée cb pour LM c'est ici!


 

 WHERE IS MY MIND? (hermione)

but those names will never die
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Ven 2 Sep - 23:04

Hermione Elektra Lernaía
IMPERFECTIONS ARE BEAUTY MADNESS IS GENIUS AND SILLY IS BETTER THAN BORING
____________________________________________________________________________

prénom/pseudo › c'est une chanson de coeur de pirate devinez
âge › la vingtaine trop vieille déjà
comment as-tu connu LM › la fille aux pommes m'en a parlé
comment le trouves-tu › plus beau forum de l'univers ça coule de source  
ton personnage est › inventé toujours.
quelle créature mythologique préfères-tu › je suis même outrée qu'on me compare au canasson et au cochon je retiens What a Face
nom › Un nom ordinaire pour un destin qui se dessinait ordinaire, tu trouves du réconfort dans le normal, le familier, le quotidien. Rassurantes sont les voyelles mélodieuses de la région de Lerne, une origine dans un nom, une identité, un foyer, une histoire. Tant de choses dans un si petit mot et si vite envolé en un nuage de cendres. Souvenirs d'un passé qui marque à vif, qui saigne l'âme et le cœur et les laissent agonisants sur le trottoir.
prénoms › Un prénom ne peut pas porter malheur. Coïncidence. Suprême hasard. Et pourtant il fallut que tes parents te nomment Hermione, prénom maudit à l'histoire tâché de sang, douce fatalité qui t'arrache les tympans. Hermione dont la famille maudite partit en lambeaux. Celle qui fut rejetée, malmenée, punie. Celle qui contempla la chute des siens sans pouvoir l'empêcher. Toi-même tu casses sur ton passage, sans le vouloir, sans le savoir. Et le destin t'a jugé coupable pour tes crimes, tu payes ton égoïsme comme Hermione paya pour ses fautes. Tu n'es point seule dans cette enveloppe charnelle que tu loues plusieurs jours par mois à des parasites indésirables. Ton corps tu le partages entre toi Hermione et Ysaure, Despina, Russiàn, Echo
âge › 22 années de névroses et de souffrance, quand grandir est synonyme d'abandon et que la folie s'empare de l'âme, la réalité devient une prison.
date et lieu de naissance › écrire ici
nationalité › écrire ici
statut civil › Amoureuse à temps-plein. En couple à temps-partiel. oublier ces aventures au goût amer, ces rejets que tu camoufles sous un masque de petit soldat fier, ces souvenirs de marionnette-enfant qui polluent toute relation. Parfois si fragile, si chancelante, sans point d'encrage, jouant des rôles dans lesquels tu te perds. Petite fille tremblante ou séductrice chevronnée. T'aimerais faire la paix avec toi-même, abandonner tes masques et tes peurs. Ta dérive éperdue. En quête d'un regard qui te reconstruira. Parfois tu crois qu'elle est ce regard. Qu'elle te reconstruit. Et puis tu tombes de haut. Tu te prends les pieds dans tes émotions. Il n'y a pas seulement toi, un seul cœur et trop de directions. Si tu aimes tu dois aimer à plusieurs. Ce qui t'attire ne plait pas à Despina, ce qui te répugne séduit Ysaure, ce qui t'amuse effraie Echo. Il y a toi et il y a elles, eux. Et ils ne vont jamais dans ton sens. Jamais. Tu te retrouves à vendre ton corps lorsque tu reprends conscience, ou perdue trop alcoolisée dans un bar, avec des inconnus, devant une université où tu n'as jamais mis les pieds. Et eux. Les intrus de ton corps, de ton esprit.. Ils veulent quelqu'un d'autre. Ailleurs. Tu l'ignores toi que Despina vit pour un autre et par un autre, un monstre qui la retient en enfer, qui l'aime et la hait autant qu'il s'aime et qu'il se hait. Relation malsaine, viciée, abusive mais alimentée par des sentiments sincères qui la ligotent à son tortionnaire. Si tu savais.. Mais tu ne sais pas. Et les relations de tes autres toi te pourrissent l'existence.
orientation sexuelle › Les hommes te répugnent tu les méprises et les crains, tu les rejettes et les exècres. Leur contact te pousse à l'agressivité, à l'isolement, à la démence. Un simple regard te met mal à l'aise. Tu hais ce qu'ils sont et ce qu'ils ont fait de toi. Tu n'as du désir que pour la candeur, la force et la douceur des femmes. Cependant ce n'est pas le cas d'Ysaure qui s'avoue hétérosexuelle, d'Echo qui ne supporte pas qu'on l'approche, de Russiàn qui court les jupons et de Despina qui ne fait guère de différence, hommes, femmes, elle se couche dans la débauche et se réveille dans le pêché mais n'a d'yeux que pour un seul être des plus abjecte.  
métier › écrire ici
milieu social › écrire ici
situation familiale › écrire ici
groupe › Tel un trou noir la malchance te poursuit, la folie te consume, les drames nécrosent ta vie.
feat › Anna Speckhart
crédits › tumblr

ta personnalité › ici une description de la mentalité de votre personnage en un minimum de 250 mots, ou une liste des ses manies - hobbies - gouts etc..
trouble dissociatif de l'identité ›

pyropbobie ›

poisonous saliva ›
and you'll ask yourself : Where is my mind?
-A vrai dire, j'ai tellement changé depuis ce matin que je ne saurais plus dire qui je suis...
Alice in wonderland - Lewis Carroll
L'HYDRE DE LERNE › Tu es cette bête monstrueuse aux multiples têtes, celle qui terrorisa la région de Lerne cachée du fin fond de sa caverne. Fille de Typhon et Echnida, sœur de l’infernal Cerbère et du terrifiant lion de Némée tu es tout aussi repoussante et crains que tes paires, la légende raconte que ton territoire était l’une des entrées des enfers. Nul n’osa s’opposer à toi car nul ne ressortait vainqueur d’un duel avec le terrible reptile. Tant de crocs et de yeux braqués en même temps sur un pauvre mortel, la région sacrée et fertile dans laquelle tu sévissais vivait dans la terreur de ton ombre. De tes cinq têtes seule une était immortelle, tête centrale recouverte d’or et dotée d’une intelligence et d’une cruauté bien plus affûtée que les quatre autres. Te réfugiant dans les marais et les milieux aquatiques ton règne d’effroi se termina avec l’arrivée d’Héraclès, héros légendaire qui te mena à ta perte, tirant des flèches enflammées pour te débusquer de ton repère. Seulement l’homme fut dépassé face à la bête, coupant désespérément des têtes qui se multipliaient encore et encore jusqu’à l’engloutir sous leur nombre. Telle fut la malédiction de l’Hydre, âme dispersée, découpée, dédoublée à n’en plus finir. Avec l’aide d’Ialaos, Héraclès eut raison du monstre, il fallait couper l’Immortelle pour avoir le dessus sur toutes les autres. Cependant, des douze travaux cet exploit fut le seul à n’être jamais reconnu valable. Héraclès ne put triompher de la créature mythique par lui-même. Car tu n’étais pas seule, tu n’es jamais seule…








Sweet dreams are made of this
facilis descendus averni



▽ Ce pays est en ruines, comme mon esprit ! Oublie-le, oublie le rêve.. Au signal, réveille-toi.


Lússa asylum, Argos, décembre 2007

Tu te réveilles. Amorphe, tremblotante, te voilà attachée sur un lit inconfortable. Mains et pieds liés, ils te droguent tel un animal tandis que tu crie d'agonie, de douleur, de désespoir. Tu hurles et t'époumones en vain dans cette pièce capitonnée. T'as l'impression qu'on t'arrache les entrailles encore, et encore, et encore. Tu te disloques sur place comme un jouet qui se brise sous une poigne trop forte pour lui. T'entendrais presque tes os craquer, tes organes exploser à l'intérieur de ton corps. Ton cœur. Arraché de ta poitrine. Te voilà Éviscérée. Si tu le pouvais, tu n'hésiterais pas à plonger les doigts dans ta cage thoracique.. Et à t'arracher le l'organe vital, afin de le détruire.. Tendre masse pulpeuse.. De diathèse morbide. Disposition à la maladie. Tu l'as toujours su. Comme si tu avais toujours été susceptible d'être envahie. Empoisonnée. Est-ce que cela veut dire qu'il est pourri ? En adjonction de ton cœur, il y a quelques petits organes dont tu voudrais te délaisser. Glandes. Thymus. Et autres abats.

Ta souffrance ne prendra-t-elle donc jamais fin?  Et puis, tu la vois entrer. Elle. Elle le bourreau, le souvenir, la complice de cet enfer qui s'est créé autour de toi. Elle marche silencieuse, d'une démarche hésitante et soulagée, un regard inquiet qui te glace sur place. Est-ce que tu es folle? Est-ce que tu es stone? Est-ce que tu hallucines? Projection de ton esprit trop jeune, dérangé, meurtri. Tu pries pour qu'elle le soit. Crois-tu seulement en Dieu? Dieu. Qu'est-ce donc si ce n'est un concept encore plus déroutant et perturbant que les affres de ton cerveau rongé, putride, mourant. Un gosse, un inconscient qui fuit et imagine des mondes pour combler son ennui. Et Dieu, pourquoi faire de toi la plus triste victime du destin? Il n'y a pas de réponse. Jamais. Parce que rien n'est logique. Rien n'est définit. Il paraît que la vie est injuste on pourrait vous l'apprendre à l'école ça au moins. C'est si dur. Tout est si dur. Si tu tapes fort dessus avec un marteau est-ce que la vie se brisera? Comment on fait pour briser une vie déjà fissurée de l'intérieur, quand creuse et vide il ne reste qu'une enveloppe fragile et abîmée, le rouille grignotant ce qui reste de sain. De beau. « Calme-toi, le Dr. va arriver bientôt. » Tu hurles. Mais hurle de plus belle petit pantin de chair, joli pantin. Tu craches ton amertume, tes regrets, tu recraches le monde qu'ils t'arrachent, qu'ils te créaient. Elle te replonge et te noie dans ces abîmes. Hurle petite marionnette... Douce marionnette. Cette douleur qui te tiraille de l'intérieur, suis les voix du démon, il saura te guider tout de blanc vêtu. Il arrive alors derrière elle. C'est l'homme en blouse blanche et au pendule en cadence, il ne faut pas être en retard n'est-ce pas? Toujours à l'heure pour ta douleur. Il resserre tes liens tandis que ton corps se tord, tu convulses sous leurs yeux horrifiés. Ils te maintiennent férocement à ton lit.  « Hermione arrête tu ne fais qu'empirer les choses. » Tu n'entends pas, tu n'écoutes pas. Tu ne fais qu'hurler vainement.  « C'est pour ton bien que tu es ici, tu as tenté de te blesser tu te souviens? » Il te résonne fillette au bord du précipice, il tente de t'insuffler l'espoir qu'il ne possède même pas. Sauver une enfant de la perdition. Réparer l'irréparable. Elle quitte la pièce, silencieuse et aveugle te laissant tout à ton tortionnaire. Il reste digne, soldat de marbre statique et stoïque. Il vient près de toi, caresse tes cheveux avant de remettre une de tes mèches rebelles derrière ton oreille. Tu supplies du regard. Tu réclames ta libération. Tu veux qu'il arrête. « Ne t'en fais pas Hermione... Je vais te soigner. » Cette fois se sont tes glandes lacrymales qui travaillent. Une larme vient rouler sur ta beau laiteuse, elle roule et s'échoue sur le matelas.  « Je vais te soigner Il insiste, détache les mots avec lenteur et minutions. Il articule. Veut se faire entendre. Comprendre. Il répète. Il répète de nouveau. Ressasser pour mieux régner. Tu ne veux plus être soignée. Traitement de l'âme qui l'écorche, elle implose. Tu ne veux plus de vos séances. Qu'il t'analyse, use et abuse. Il finir par te laisser seule à crier dans le noir. Une seconde larme vient rejoindre la première, lui tenant compagnie telles les gouttes de la pluie, une troisième, et puis une autre. Elles s’enchaînent. Tu t'entête tu ne peux pas te raisonner. T'aimerais te noyer dans tes larmes. Les ténèbres t'envahissent et tu perds connaissance, consumée par cette torture qui emprisonne ton être et la fait sienne.



▽  - LE DOCTEUR BUMBY DIT QU'IL EST BON DE CHANGER...
- ON PEUT CHANGER EN BIEN OU EN MAL, MAIS SUREMENT PAS EN LA MÊME CHOSE.



Lússa asylum, Argos, mars 2008

Vide. Elle ouvre ses lourdes paupières, si lentement. Elle fixe les fissures du mur d'un regard vide.  Elle referme les paupières. Vide. Comme ce qu'elle ressent en ce moment, elle a la tête vide mais pesante et fracassante, une migraine à vouloir se flinguer. Son estomac est vide, après tout ce qu'elle a gerbé cette nuit il ne reste plus rien, peut être que les traces de médoc dans son sang ont disparu également et pourtant elles n’étaient pas des moindres. Elle est vide et se sent vide mais le néant est une question de point de vue. Elle aimerait se rendormir, encore et encore jusqu’à ne plus savoir quel jour il est, jusqu’à être engloutie par le rêve, jusqu’à oublier même son nom. Elle aimerait s'évaporer, se dissiper comme une fumée magique, douce brume d'un pays lointain. Mais lorsqu'on a les yeux ouverts il est chaque jour plus difficile de les replonger dans le noir. Non. Il faut se réveiller. Alors elle se réveille, elle émerge doucement pour prendre conscience des lieux, des odeurs, des sensations. Le flou s'éclaire à la lumière d'une bougie, la cire a fondu, elle dégouline jusque sur le planché. Une pièce ? Non pas tout à fait une pièce.. Une chambre ? Une prison. Recouverte de matelas, enveloppée de vices. Depuis combien de temps est-elle ici ? Entendue sur ce lit impuissante, la poitrine étouffant contre le vieux matelas criblés de ressorts. Ils creusent dans sa chair, marquent ses blessures à peine cicatrisées. Elle porte la main à son front luisant, rien ne lui revient. C'est le trou noir total. Un vide complet. Elle finit par revenir à elle la gamine hallucinée, elle la sent, elle sent cette masse se mouver sur elle. L'écrasant de tout son poids, la faisant esclave sous son corps bien trop lourd pour l'enfant qu'elle est. Il y a ce souffle irrégulier à son oreille, cette haleine putride et ces gémissements salaces. Un halètement de plaisir... Elle réalise enfin tandis que ses poings se serrent sur les draps souillés, elle rage intérieurement. Elle supplie et cache son visage dans le tissu délavé. Elle ne veut pas le voir. Elle ne veut pas l'entendre. Les larmes se mettent de nouveau à couler au coin de ses yeux, deux opales qui se noient dans l'eau salée pour faire jaillir le chagrin, désespoir marqué d'une vie trop injuste. Ses bras fragiles, abîmés par les injections qu'elle reçoit quotidiennement, essayent de le repousser, elle frappe de ses mains, elle hurle de sa voix sanglotante. Lui. Il aime la voir se débattre, cela ne l’excite qu'un peu plus. Il presse ses lèvres contre sa peau pâle, elles sont humides et gercées à la fois. Elle a déjà été embrassé une fois, par quelqu'un qu'elle aimait. Il s'appelait Elias et jouait dans le groupe de rock de son collège. Il avait un accent et portait toujours des chapeaux différents. Elle n'était pas supposé l'aimer parce qu'il était de deux ans son aîné mais il était gentil et l'avait aidé à tricher pour son interrogation d'algèbre tout en faisant semblant du contraire. Il l'avait embrassé près de son casier, la veille des vacances de noël l'an passé. Elle se souvient que ses lèvres avaient le goût de menthe, celui de cette gomme à mâché qu'il avait tout le temps dans la bouche. « Non ! » réussit-elle à articuler, elle le répéta plusieurs fois ainsi que « Je vous en supplie. » ça aussi, elle le disait beaucoup. Parfois elle alternait les deux, c'était comme insister pour passer à travers une serrure alors que de toute évidence cela était impossible. « Je vous en supplie non... » Lassé de l'entendre supplier il fourre en boule un de ses gants, qu'il a laissé traîné sur la table de chevet, dans sa bouche. Bientôt on entend plus que les vieux ressorts du matelas qui couinent marquant la cadence de son interminable va-et-vient. Tandis qu'il la caresse et retrace de ses doigts sans ongles les longs filets de son dos, ses mains marchent le longs de ses vertèbres jusqu'à les faire craquer. Elle ne bouge plus, son contrôle est complet. Sa tête brune enfouie sur la surface molle elle se met à habiter l'air et le silence. Elle veut s'échapper. Elle se sent énorme et gonflée. Elle se sent comme une mer dans laquelle il serait, debout, occupé à pisser et chier. Elle sent les angles de son corps se retourner sur eux-mêmes, puis ver l'extérieur.

 « Hermione ! Hermione ! Entends-tu ton frère crier. On mange ! »
Il est en toi. Il grogne.
 « Y'a de la soupe au potiron et de l'agneau. »
Tu es le mortier, lui le pilon.
 « J'ai dessiné une Hydre tout mignonne pour toi et maman a fait de la tarte aux cerises ! »

Il disait qu'il l'aimait. Oui, c'est ce qu'il disait sans arrêt Dr. T. Il l'aime la jolie Hermione, il aime ces enfants, il leur apporte plus de bonheur que n'importe qui et eux aussi le rendent heureux. N'est-elle pas ce qu'elle est sensée faire ? Le rendre heureux. Mais elle, elle a peur du Docteur Toy, le vendeur de jouets, le marchant de joie. Docteur Toy il aime beaucoup s'amuser avec des poupées, avec ses poupées. Elle, elle n'aime pas jouer avec lui parce qu'il l'aime trop. Il l'aime vraiment trop. Elle. Son jouet-enfant. Quand il la soigne elle meurt à petit feu. Il ne faut pas qu'elle pleure. Un enfer en vaut bien un autre. Piégée dans son passé, entourée de gosses au malheur identique, à la détresse sourde. Peu importe leur histoire au final ils se retrouvent soignés et vendus au même endroit.  Des soupirs. Encore. Et encore. Des soupirs qui n’en finissent plus. Des soupirs dont on paye une triple dose. Il faut avaler par le nez pour être capable d’endurer nuit après nuit les nouvelles effluves d’eau de Cologne bon marché qui passent le seuil. Le Dr. et son pendule à la recherche de proies faciles. Eux, ils attendaient. Des bâtards. Des rescapés. Des orphelins. Des fous. Des Sans-papiers ; des sans-avenirs. Ils s’inclinent. Ils les observent avec horreur.

Elle tremble la gamine. Elle a survécu. Il lui a fait ça mais elle a survécu. Comment fait-elle encore pour survivre à chaque nouvelle assaut ? Chaque nouvelle nuit. Elle ne le sait même pas elle même, il y a cette réalité. Il y a l'autre monde. C'était fini. Elle respire encore. Elle entend son coeur, elle sent son souffle. La bougie brûle toujours, le vent s’engouffre pas la fenêtre comme à son habitude et chatouille les rideaux de coton. Elle aurait pu crier pendant des heures.

Elle est déjà un animal agonisant.

 « Pourquoi tu ne te lèves pas ? » lui demande Dr. T. En roulant sur le côté du lit pour attraper ses petites lunettes rondes. Sa voix est douce, encourageante, la voix d'un amant tard le matin.

Elle est incapable de bouger. Incapable de se lever.

Il lui enlève le gant de la bouche.
« Dis moi que tu m'aimes. »
Doucement, elle s'exécute.
Puis c'est terminé.
Tout devient vide.

-------------------------------------

Quand il s’agit de survivre, le corps humain est plein de surprises. Alors qu'Hermione n’avait plus la force de se battre ou de vivre, elle disparue. Elle tomba malade : trouble, post-traumatique, de la personnalité multiple. Elles étaient au nombre de deux. Puis trois. Puis quatre. Il la "soignait" et faisait surgir du tréfonds d'elle-même d'autres têtes. Elle, et les autres. Elle était capable de laisser Despina prendre sa place pour échapper à cette réalité trop dure qui ne pouvait exister à ses yeux. Elle la gomma de sa mémoire. Cependant au fil du temps les choses changèrent, Despina était devenue plus forte, plus présente aussi. Hermione ne la contrôlait pas. Despina représentait tout ce qu’elle exécrait et désirait. Elle n’avait pas de limites. Elle était le fruit de ses passions. Gardienne de ses secrets, reine de ses souffrances. Elle subissait à sa place. Encaissait pour incarner sa force, démon intérieur salit par les névroses d'un être à la dérive.    









THIS IS IMPOSSIBLE. ONLY IF YOU believe it is
facilis descendus averni



▽ ON A ARRÊTÉ DE CROIRE AUX MONSTRE SOUS NOTRE LIT QUAND ON A COMPRIS QU'ILS ÉTAIENT EN NOUS


Grèce, Athènes, octobre 2013

« AGATHON ! » criait un collègue de travail, traînant par les cheveux Despina qui avait maintenant dix-neuf ans. Dans trois jours, elle fêterait ses vingt ans, toujours enfermée dans cet univers qui la rendait folle. Tentant de se débattre comme elle le pouvait, tantôt elle suppliait de la lâcher, tantôt elle le menaçait de le tuer. Ce qui n'arrangeait pas son cas. Les deux personnes arrivèrent devant le bureau du patron, la brute tambourinant à la porte, tenant toujours Despina par les cheveux. Agathon ouvrit subitement la porte, colérique « Pourquoi tu me déranges Val ? C'est quoi tout ce vacarme de merde?! » Le mac de la jeune femme était totalement enragé, débraillé, descendant en vitesse le peu de marches qui les séparaient d'eux. Il fixait les deux protagonistes avec dédain, le visage rouge, les veines de sa gorge gonflées, les narines ouvertes. Peu de chose pouvait le mettre rapidement en colère. « C'est la môme ! Elle a encore fait des siennes ! » disait Valère en balançant la petite aux pieds d'Agathon. Cette dernière retomba au sol dans un amas de poussières. Elle toussa légèrement pour recracher le sable qu'elle avait ingurgité dans la chute, se relevant péniblement, des cicatrices sur les bras et le visage. Tête baisée devant son oppresseur, elle n'osait rien dire. « Qu'à-t-elle fait ? » Sa voix était empreinte d'une colère à peine dissimulée. « T'as qu'à lui demander toi-même, moi j'me casse ! » fit-il en crachant par terre avant de tourner les talons en marmonnant des injures. Agathon tira alors la jeune femme par le bras pour l'emmener de force dans son bureau. Porte fermée, il la força à s'asseoir sur une chaise bancale dont on devait faire preuve d'équilibre pour rester assit. Le proxénète prit la peine de se verser une tasse de café avant de s'asseoir à l'opposée de sa brune. Il la fixait sans mot dire, de la tête au pied, observant avec attention ses cicatrices. « Elles viennent d'où ces cicatrices ? » demandait-il d'une voix posée, trop calme au goût de Despina. Elle déglutit avec peine, se tortillant les doigts nerveusement avant de lui répondre, toujours la tête baissée. « Je... Je... j'étais avec Caradja et... » « Et il t'a cogné... » continuait-il simplement, sans même s'inquiéter une seule seconde de son objet payable à l'heure. Le manque cruel d'attention qu'il portait à la jeune femme se faisait sentir. Lui n'en avait que faire des péripéties de ses catins, pire ! Elle se serait fait battre à mort par un de ses clients, cela lui aurait fait des vacances. « Qu'est-ce que t'as encore bien pu lui dire pour qu'il se défoule sur toi ? T'as dla chance qu'il t'aime bien ! » continua-t-il stupéfait de la voir devant lui en un seul morceau, quasiment amusé d'assister à une expérience ratée. Il était plus curieux de savoir comment elle s'en était sortie que de savoir si elle allait bien. Despina retenait la colère qui montait en elle. Une colère mêlée à des pleurs qui lui serraient la gorge. Le moindre son de sa part la ferait craquer et elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas lui donner cette joie, cette euphorie, cette jouissance absolue ! Non, elle en avait assez d'être traitée comme une merde, un objet, une personne sans identité qui se faisait ballotter de rues en rues pour régaler les fantasmes malsains des mal-baisés venus assister à la déchéance d'une fille malade. Achetée et refourgué comme un vulgaire animal, elle n'était rien aux yeux de personne. Et surtout pas aux siens, lui qui l'avait sortis du caniveau pour la remettre sur le trottoir. Alors qu'elle levait doucement la tête pour planter ses yeux dans le regard de son bourreau, ses mains et sa mâchoire se crispèrent autour du tabouret, son souffle devenant de plus en plus saccadé tellement le sentiment de rage l'envahissait. Son regard la trahissait, elle le savait et Agathon ne se cacha pas d'en rire. Il trouvait tout simplement pathétique qu'elle puisse se révolter, il trouvait sa colère touchante et innocente, tel un petit agneau. Et c'était ce qu'elle était. « Tu n'es qu'un agneau dans la fosse aux lions. » finissait-il par répondre à la rage soudaine de sa catin. Pris soudainement d'un fou rire, il se moquait ouvertement de Despina, sans aucune retenue, sans aucune gêne. Son rire était rauque, beaucoup plus rauque que la normale tellement il buvait et fumait ! Devenant rouge au point de s'étouffer de sa propre bêtise.

Despina explosa, prit le premier objet qui lui tombait sous la main pour le balancer sur son patron. Ratant sa cible de peu, elle se rendit compte de son geste. Sans crier gare, la panique s'immisçait sournoisement en elle pour s'implanter avec force dans son cœur, paralysant tout ses muscles. Elle le fixait avec angoisse, essayant tant bien que mal de s'excuser, en vain. Agathon s'était levé brusquement, cessant de rire, pour, à son tour, exprimer toute sa rage. Il plaqua carrément Despina contre le mur. Elle grimaçait de douleur, un clou accroché aux planches pourries se plantant violemment dans son dos, frôlant de peu sa colonne vertébrale. « Tu as osé te soulever contre moi ? MAIS POUR QUI TE PRENDS-TU SALE PUTE ?! » crachait-il violemment au visage de la jeune femme aux yeux saphirs, serrant son cou avec force, la soulevant même du sol. « Caradja ne t'a pas fait assez de bleus à mon goût, je vais t'arranger le portrait comme il faut, crois-moi sur parole ! » Sans perdre de temps, il s'exécuta. Première gifle, Despina retomba au sol, sur ses pieds. « Reprends-toi ! Il va te tuer ! » Cette voix qui la hantait venait soudainement de lui parler. Deuxième gifle, Despina se prit le coin de la table dans les côtes et s'écroula au sol. « Il va te tuer ! Il va nous tuer ! Relève-toi ! Bats-toi ! » criait cette voix énigmatique. Cette voix avait toujours été là, tapis dans l'ombre lui dictant la conduite à adopter et prenant carrément sa place. Leur place. Mais à cet instant précis, elle lui ordonnait de sauver sa vie ! Elle ne comprenait plus rien, la belle brune était complètement sonnée par les coups. Son esprit était embrumé, son corps à moitié inerte. C'était la fin, elle le sentait. Troisième gifle puis un coup de pied dans le ventre. Despina hurla de douleur, suppliant Agathon d'arrêter. « Pitié ! Pitié ! Pardonnez-moi ! Jamais plus je me mettrais en colère contre vous, jamais ! Pitié ! Pitié ! Arrêtez ! ARRÊTEEEEEEZ! » hurlait-elle dans des sanglots étouffés. Cri de bête qu'on égorgé. Elle n'était réduit qu'à une bête, un morceau de viande. Agathon l'attrapa par les cheveux pour la remettre debout de force. « Qu'est-ce que tu as dis microbe ?! » « J'ai dit : VA CREVER EN ENFER SALE ORDURE ! » criait la Voix dans l'esprit de Despina, faisant grimacer cette dernière tellement cela lui donnait la migraine. « Rien... Rien... » bafouillait-elle, paralysée par la peur. « C'est ce qu'on va voir ! » Quatrième gifle, Despina s'écrasa contre le rebord du comptoir, faisant tomber dans sa chute un des vases. Un éclat de verre se présenta sous ses yeux, caché sous un torchon sale. Despina fixait cette longue fine lame translucide et tranchante, se posant des milliers de questions en peu de temps. Elle avait peur. Peur de commettre un acte irréparable, peur de ne pas avoir assez de force pour l'enfoncer profondément, peur qu'il survive à cette attaque ! A cet instant précis, elle voulait sa mort ! Elle tremblait, n'osant toujours pas faire le moindre geste. Alors qu'elle le voyait  s'approcher de nouveau d'elle, sa vision se floutait, tout lui parvenait au ralentit. Les mouvements, les sons, tout paraissait avancer avec peine dans le temps. Elle voyait l'imposante carrure d'Agathon à deux doigts de l'atteindre, alors que la Voix reprenait de plus bel. « Tue-le avant qu'il ne te tue ! TUE-LE ! » Mais à cet instant les rôles s'étaient déjà inversés. Despina n'était plus. Ce n'était pas son rôle de protéger. De survivre. Elle était la gardienne des secrets. Il était le gardien de leur vie. Le protecteur. Le tueur. Russiàn saisit alors le morceau de verre automatiquement, sans réfléchir et alors qu'il allait se redresser, Agathon lui balança une dernière parole qui déclencha tout. « Pas étonnant que ta famille ne veuille plus de toi. Qui voudrait bien vouloir d'une merde comme toi. D'une folle ! » Sa main se leva en l'air, près à assainir le coup fatal. Soudainement, Russiàn se redressa d'un mouvement rapide et sans attendre, il planta avec virulence la lame près du cœur, hurlant toute la haine qu'elles avaient pour lui, qu'il avait pour lui « VA CREVER SALE MERDE ! » Le visage du mac devint soudainement livide, pâle. Il reculait en titubant, posant ses mains sur le manche du couteau qui s'était enfoncé dans sa chair. Il fixait tour à tour, lentement la jeune femme puis la lame d'un air surpris, désemparé, haineux. A cet instant, Despina, Hermione ou peu importe laquelle, elle n'avait plus le contrôle d'elle-même parce que celui qui avait planté le couteau avec une telle violence n'était autre que Russiàn, celui qui avait pris possession de son corps durant quelques secondes pour sauver Hermione, mais aussi se sauver lui, Despina, et toutes les autres, car, sans Hermione, aucune des autres têtes n'existe plus et ces dernières le savent pertinemment.

Sans attendre son reste, Russiàn s'enfuyait du bureau, ouvrant dans un vacarme la porte et sautant les marches pour atteindre le sol poussiéreux qu'il frôlait avec ses mains. Courir... courir... loin... le plus loin possible tel était son but. Il n'avait aucune destination, aucune idée, ni de plan d'évasion. La seule chose qu'il désirait était la liberté et qu'importe le chemin qu'il emprunterait. Soudainement, alors qu'il franchissait une lignée de voitures, un coup se fit soudainement sentir sur la nuque de la jeune femme, la faisant tomber au sol, assommée. Il venait d'être arrêté dans sa course... mais par qui ? Une ombre enveloppait le corps frêle de la belle brune, l'emmenant avec elle dans les abysses de la nuit.



▽ DON'T TELL ME WHAT TO DO. AND DON'T TELL ME WHAT TO SAY. PLEASE, WHEN I GO OUT WITH YOU. DON'T PUT ME ON DISPLAY.



Grèce, Athènes, octobre 2013

L'aboiement des chiens réveillait soudainement Despina dans un sursaut. Dans son élan, elle se cogna la tête au plafond, voulant se redresser hâtivement, en vain. Elle retomba au sol. Posant sa main sur le sommet de son crâne en grimaçant, elle jeta un petit coup d’œil sur ce qui l’avait blessé. Une grille. Elle observait au-dessus d'elle une grille... elle détacha son regard pour faire le tour de son champ de vision avant de constater qu'elle se trouvait dans une cage, une cage à fauve. Sans compter le fait qu'elle n'y voyait presque rien vu qu'il faisait déjà nuit. Ne comprenant pas ce qu'elle faisait dans un endroit pareil, elle pensa automatiquement qu'Agathon avait réussi à la rattraper pour l'enfermer dans cette cage. Elle marchait à quatre pattes sur le foin disposé à l'intérieur pour rejoindre les barreaux. Observant à droite et à gauche quelque peu anxieuse, elle ne voyait personne hormis des ampoules  allumées qui clignotaient imperceptiblement. Qu'allait-il donc se passer pour elle? Elle tentait du mieux qu'elle pouvait de garder son calme, surtout que sa cage était entourée de deux autres cages contenant des chiens enragés, énormes molosses à la mâchoire puissante. Ils étaient au nombre de trois. Rugissements, coup de griffes sur les barreaux, le vacarme assourdissant que provoquait ces clebs la rendait folle. Elle avait peur que la cage cède sous leur poids.

La jeune femme commençait alors à parler, à appeler de l'aide autour d'elle, faire du bruit pour que quelqu'un puisse l'entendre. Mais plus elle faisait du bruit, plus les chiens s'excitaient et couvraient la voix cristalline de Despina par leur rugissement. « Mais vos gueules ! » leur hurlait-elle en posant ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre un seul son. Assise dans un coin de la cage, les jambes en éventail, elle entendit soudainement un bruit étrange, indéfinissable. Alors qu'elle se penchait d'avant en arrière comme si elle était prise d'une crise d’angoisse, les chiens se turent. La seule chose qu'elle pouvait entendre était maintenant le cliquetis de la pluie à l’extérieur. Elle enleva prudemment ses mains de ses oreilles pour être sûre de ce qu'elle entendait. Quelques secondes après, elle leva la tête... rien. Les chiens étaient allongés au sol, ne faisaient plus aucun bruit. Les yeux grands ouverts, prise d'une certaine panique, elle se colla aux barreaux de la cage pour tenter d’apercevoir s'ils étaient toujours en vie. Apparemment oui, vu leur cage thoracique qui se levait puis se baissait sous la puissance de leur souffle. Elle n'y comprenait plus rien. Pourquoi étaient-ils tous en train de dormir, alors que la seconde d'avant, ils étaient prêt à arracher les barreaux pour la défigurer ?! Elle se dirigea vers la porte de la cage où un énorme cadenas la gardait prisonnière à l'intérieure. Ses longs doigts fins ne faisaient pas le poids et à peine qu'elle eût essayé de l'ouvrir, qu'elle se coupa l'index, laissant quelques gouttes de sang tomber au sol. Elle recula aussitôt, mettant son doigt dans la bouche pour sucer le sang. Elle grimaçait, tremblait. Le froid l'a gagnait, l'angoisse et l'incompréhension la submergeaient. Que faisait-elle donc dans cette cage ? Automatiquement, elle pensa directement à son mac ! Mais comment avait-il pu survire à une telle attaque ? L'autre avait-il planté le couteau assez profondément pour qu'il meurt ? Ou cela n'était pas assez ? D'ailleurs... était-il vraiment... mort ? A cette seule question, Despina eût du mal a déglutir. La Voix dans sa tête repris de plus bel. « Cesse de t'apitoyer sur ton sort... évidemment qu'il est mort ! » « Comment le sais-tu ? » répondait Despina à voix haute comme si elle communiquait avec une personne en chair et en os. « Je le sais, un point c'est tout ! » « Ce n'est pas une réponse... » « Je ne rate jamais ma cible, voilà pourquoi il est mort ! » rouspétait cette Voix. Despina se tue quelques instants, réfléchissant longuement. Il est vrai qu'elle n'avait rien fait, mais que c'était cette lui qui l'avait tué ! Mais qui était-il ? « Et puis, s'il n'était pas mort, assure-toi qu'il t'aurait tué et non jeté dans cette cage minable ! Et dire qu'on est déjà tous en cage dans sa foutue tête ! Je suis en cage, tu es en cage, nous sommes en cage, la vie est belle ! » finissait-il par délirer à la fin en poussant un rire grave. « Arrête de rire! » ordonnait Despina en secouant sa tête de gauche à droite.

Soudainement, un homme se posta devant sa cage. Cette dernière ne disait plus un mot, ne fit plus aucun geste. Elle retenait son souffle et priait à cet instant de devenir aussi invisible que l'air.  Mais cela était peine perdue, étant donné que cet homme mystérieux se mit accroupi pour mieux contempler la jeune femme. « Quelle beauté... » susurrait-il entre ses lèvres. Cette intervention de sa part surprenait la jeune femme. La peur faisait place à la curiosité. C'était la première fois qu'on lui parlait aussi doucement, d'une voix suave et chaleureuse. Elle était aussitôt charmée par cet homme si mystérieux. Elle s'approchait à quatre pattes en direction de l'homme, doucement avec hésitation tel un chat sauvage qu'on tente d'apprivoiser. « Cesse de bouger ! Cet homme est louche ! » conseillait encore l'autre dans sa tête. Despina s'arrêta aussitôt au milieu de la cage, restant dans la même position. Une position sauvage, le regard craintif, l'attitude féline. Elle ne savait quoi faire. « Qu'as-tu à craindre de moi ? Je ne te veux aucun mal. » « C'est ça et mon œil alors ?! » répliquait la voix sans aucun succès vu que l'homme ne l'entendait pas. « Approche... » A cette demande, Despina recula instinctivement, se collant aux barreaux de la cage, à l'opposé de l'homme. Ce dernier laissa échapper un rire dans un soupir amusé, en secouant légèrement la tête négativement. « Tu n'as pas à avoir peur... Sais-tu qui je suis ? » continuait l'homme toujours accroupi, s'amusant à jouer avec un bâton en bois qu'il avait trouvé au sol. Despina secoua la tête négativement à son tour, les yeux fixés sur lui. On pouvait y apercevoir de l'inquiétude mélangé à de l'hostilité. « Je suis celui qui te délivrera de ta condition de bête de foire... » La phrase était lâchée. Qu'avait-il dit ? Dans une pulsion incontrôlée, Despina se précipitait pour s'arrêtait devant l'homme, intriguée comme tenue en laisse. Seuls les barreaux de la cage les séparaient. Le regard emplit d'espoir, elle le fixait sans mot dire, pendue à ses lèvres comme s'il était le messie. « Ma pauvre fille... tu es aussi naïve qu'une enfant et aussi têtue qu'un âne ! » chuchotait l'autre. Mais Despina ne l'écoutait pas, trop sous l'emprise de cet homme. « Comment ? Comment pouvez-vous faire ? Comment le savez-vous ? » demandait la jeune femme totalement perdue. L'homme riait doucement, caressant la joue droite de la belle par l'envers de sa main. « Je le sais depuis assez longtemps pour savoir que tu es malheureuse... Despina... » La concernée resta figée sur place. Yeux grands ouverts par la surprise, elle avait du mal à réaliser qu'il connaissait son nom. Alors qu'elle essayait d'aligner des mots qui voulaient dire un sens, elle fût stopper dans son élan par l'homme qui posa son index sur ses lèvres. « Sache que je sais presque tout de toi... de ta vie, de ta condition de monstre, de ton mac. D'ailleurs ! Ne t'en fais pas pour lui, il est bel et bien mort ! » finissait-il par dire en riant. Despina l'observait sans mot dire, il reprit. « Je connais tes secrets. Quelqu'un d'aussi exceptionnel que toi mérite mieux et je suis là pour te donner une meilleure vie... » Les paroles que l'homme prononçait intriguaient de plus en plus Despina, assiégée par la peur, l’inquiétude, la curiosité, l'étonnement, l'envie...







Dernière édition par Hermione Lernaía le Lun 12 Sep - 20:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
monstres et créatures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 22/08/2016
PARCHEMINS : 37
INCARNATION : Shiloh Fernandez
monstres et créatures
Ven 2 Sep - 23:23
ATTENTION CECI EST UN TERRAIN PRIVÉ, DÉFENSE D'ENTRER SURTOUT TOI KAMBER LA GUENON

ceci étant dit :


écrit avec le feu des Enfers :

je marque mon territoire


l'hydre est à moi
toi & moi jusqu'au bout de l'enfer

MAD LOVE


_________________

Guardian of the Underworld
Cerberus make sure that the dead stay within the gates and the living stay away from them. His looks could frighten many mortals and demigods.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
mortels
DEBUT DE TON ODYSSEE : 17/06/2016
PARCHEMINS : 528
INCARNATION : Zoe Kravitz
mortels
Ven 2 Sep - 23:41
J'VAIS PAS ME GENER POUR FOULER TON TERRITOIRE MOI

L'HYDRE ET TOUTES CES PERSONNALITES ET TOI ET GOSH. JE VEUX. VITE LA SUITE. CE PERSO ENVOIE DU LOURD. GENRE PERSO DE MALADE. T'AS INTERET A ME GARDER UN PUTAIN DE LIEN AVEC ADA ET CEZ VIEILLE MORUE.

Et puis p'tit son d'Eminem, t'es une vraie toi

_________________




We are the granddaughters of all the witches you were never able to burn.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Sam 3 Sep - 1:12
@LORCAN CANIDÉOS
moi je trouve ça outrageant mais Despina approuve l'appartenance
je t'autorise même à me le tatouer sur le cul si tu veux
comme ça:
 
trop généreuse je suis je sais
Pfff tfaçon Kamber elle a rien à dire elle est même pas inscrite  
j'ai déjà commencé à parlé de ton cas dans ma fiche
mais comme une gourde j'ai oublié de réserver un post pour l'histoire je suis trop baisée maintenant pas grave je caserais tout en un post #thuglife What a Face
bref jte viole avec tout mon amour pour cet accueil


@ADA M. KVARATSKHELIA
JE T'EN PRIE BABE VIENS MARCHER SUR SES PLATES BANDES C'EST FREE
Il a l'habitude de toute façon il a qu'un cinquième de moi Arrow

POUR CE VOMIS DE COMPLIMENTS ET DE TENDRESSE T'AS EU DROIT DE RÉCUPÉRER TON PSEUDO  
   
LA SUITE ARRIVE J'Y TRAVAILLE TU ME METS LA PRESSION SALE SORCIERE MAIS JTE LOVE QUAND MÊME ET OF COURSE UN LIEN EST OBLIGATOIRE ENTRE SCHIZO QUI SE RESPECTENT  
Ada et Hermione s'entendront bien par contre.. je sais pas pour Cez ce qui va en ressortir il fera ami-ami avec Russiàn il a besoin de poto de beuverie Arrow

_________________

my reality is just different than yours + Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice. Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice. Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.
EVERY ROSE HAS ITS THORN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
héros et demi-dieux
DEBUT DE TON ODYSSEE : 26/08/2016
PARCHEMINS : 24
INCARNATION : Tyler Hoechlin
héros et demi-dieux
Sam 3 Sep - 1:56



*repart finir sa fiche*

Je crois que tu as oublié l'une de tes têtes dans mon congélo':
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Sam 3 Sep - 3:40
@ASLAN S. KORNEPHOROS      


APPROCHE LE GRINGALET JE VAIS T'EXPLOSER
                 

J'ai parlé de toi d'ailleurs dans ma fiche
Citation :
Cependant, des douze travaux cet exploit fut le seul à n’être jamais reconnu valable. Héraclès ne put triompher de la créature mythique par lui-même.

en fait t'as accompli que 11 travaux sur 12 sale naze DONC VIENS PAS M'EMMERDER
Même pas foutu de faire le boulot jusqu'au bout
Par ailleurs...

T'APPROCHE PAS DE MA KAMBER OU TU LE REGRETTERAS SALE FLIC


J'ESPERE QUE T'AS IMPRIMÉ !  


Je partirais tout en finesse sur ces mots

_________________

my reality is just different than yours + Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice. Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice. Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.
EVERY ROSE HAS ITS THORN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t773-name-one-hero-who-was-h
mortels
DEBUT DE TON ODYSSEE : 05/08/2016
PARCHEMINS : 457
LOCALISATION : à traîner ici ou là, à se demander quoi foutre de ses heures avant qu'elles s'égratignent
INCARNATION : ezra miller
mortels
Sam 3 Sep - 7:35

Ah putain oui quand même, y'a du GROS NIVEAU. En plus avec AMR dans ton profil, j'approuve carrément. What a Face La bienvenue à nouveau par ici et bonne chance pour ta fiche.

_________________

gun's 'n' roses › spiraling like fibonacci sequence, frequencies to bumping basement see them through these semen, caverns of complacent, see what we can do, adjacent to these turning tables, all the world is waking, but what I got in the time it's taking, blood on pavement, earth is quaking,

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
monstres et créatures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 22/08/2016
PARCHEMINS : 37
INCARNATION : Shiloh Fernandez
monstres et créatures
Sam 3 Sep - 10:07
@Hermione Lernaía
Citation :
Tu l'ignores toi que Despina vit pour un autre et par un autre, un monstre qui la retient en enfer, qui l'aime et la hait autant qu'il s'aime et qu'il se hait. Relation malsaine, viciée, abusive mais alimentée par des sentiments sincères qui la ligotent à son tortionnaire.

j'aime particulièrement ce passage


non mais de toute façon je m'adressais à Despina, Hermione je la

HAAAAAAAN le tatouage c'est tellement un truc que Lorcan pourrait faire en plus fallait pas me mettre cette idée dans la tête

@Aslan S. Kornephoros toi Alpha ? retourne nettoyer les crottes dans les écuries toi

et tu touches pas un seul de ses cheveux ou tu vas finir comme Ramsay, ça va pas être beau

ps : tu joues que des acteurs qui jouent Superman en fait

_________________

Guardian of the Underworld
Cerberus make sure that the dead stay within the gates and the living stay away from them. His looks could frighten many mortals and demigods.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t879-looks-like-a-lady-think
AMAZON ≈ before you start a war, better know what you're fighting for
DEBUT DE TON ODYSSEE : 03/09/2016
PARCHEMINS : 81
INCARNATION : camille rowe-pourcheresse aux cheveux d'or.
AMAZON ≈ before you start a war, better know what you're fighting for
Sam 3 Sep - 14:40
"Kamber elle a rien à dire"
KAMBER ELLE A RIEN À DIRE
             
J'AI FAILLI ME FÂCHER TOUT ROUGE
Et puis il y a eu la crise de jalousie et ça allait mieux  
@Lorcan Canidéos dégage sale clebs   Elle est à moi  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t509-all-you-need-is-love#10
divinités majeures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 17/07/2016
PARCHEMINS : 339
LOCALISATION : glyfada, dans une luxueuse villa moderne donnant sur le bord de mer.
INCARNATION : natalie dormer.
divinités majeures
Sam 3 Sep - 16:29
Rebienvenue

_________________

« This torture and not mercy. Heaven is here, where Aphrodite lives, and every cat and dog and little mouse, every unworthy thing, live here in heaven and may look on her. They may seize on the white wonder of dear Venus’s hand and steal immortal blessing from her lips, who even in pure and vestal modesty, still blush, as thinking their own kisses sin. » GUERLAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t177-we-don-t-deal-with-outs
divinités mineures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 18/06/2016
PARCHEMINS : 96
INCARNATION : nastya kusakina
divinités mineures
Dim 4 Sep - 2:08

choquée de voir une Hydre de Lerne aussi badass genre toutes ces personnalités omg que dire c'est si beau

_________________

vae soli
and sometimes you held somebody’s hand just to prove that you were still alive, and that another human being was there to testify to that fact •• ALASKA (rainbow rowell)>

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
héros et demi-dieux
DEBUT DE TON ODYSSEE : 26/08/2016
PARCHEMINS : 24
INCARNATION : Tyler Hoechlin
héros et demi-dieux
Dim 4 Sep - 2:12
Alors, heu, déjà, pour ta gouverne, j'ai fais du rab' ! A la base, je ne devais exécuter que 10 travaux, alors, non, Madame, je me débine pas, je paie ma dette jusqu'au bout

Ensuite, je veux pas dire, mais ...
Citation :
Selon les Histoires incroyables de Paléphatos de Samos, l'Hydre de Lerne n'existe pas
Voilà, on n'est même pas sûrs que t'existe vraiment et que toutes tes histoires c'est pas du flan, alors pouet pouet

Pour finir, je suis pas un violeur moi je m'appelle pas Arès, et je fais ce que je veux ! Kamber, elle est assez grande pour dire si elle veut ou elle veut pas Et là, elle a encore rien dit

Quant à aller en Enfers ... Pourquoi ? J'me défile pas, jamais, et je me cache pas derrière mon p'tit doigt, pas plus que j'm'invente une autre personnalité pour aller au casse-pipe à ma place


@Lorcan Canidéos Ouais, Alpha ! Alpha du Centaure, même
Et tu me donnes pas d'ordre, sale clebs !
Et j'en veux pas du cul de ta bae là, elle le donne à tout le monde à partir du moment où tu paies !

PS : maintenant que tu me le dis, j'avoue qu'en effet
C'est la faute de Sarah et de Maïssane, c'est un complot, à coup sûr, j'en suis sure

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Dim 4 Sep - 3:33
@NIKIAS RAPTIS JE TE REMERCIE SIMPLE MORTEL
Non plus sérieusement TU CONNAIS AMR

MAIS GOSH CA DEVIENT RARE Shocked Shocked
j'adore ce jeu je crois même c'est mon jeu favoris car l'histoire et l'univers me transportent totalement de toute façon Alice in wonderland fait partie de mes disney favoris depuis gosse et j'adore le conte originel aussi.. donc un jeu Alice dark forcément c'était pour moi Je pensais pas quelqu'un allait piger la référence du profil tu gères j'ai mis la musique du theme aussi dans ma fiche
Enfin bref, merci en tout cas mon petit Achille

@LORCAN CANIDÉOS et moi j'aime toute ta fiche amour
Mais m'insulte pas Hermione elle va te castrer tu vas pas comprendre ce qui t'arrive
C'est ce que je me suis dis aussi c'est bien son genre taré
Mais je suis sure Despina a des tatouages que les autres ont découvert par hasard pauvre Hermione Arrow
quelle idée? ça présage rien de bon pour mes fesses ça

j'aime bien quand tu défends mes arrières MOI JE DIS A MORT HERACLES

@KAMBER E. LASKARIS tu lis rien !

Je disais ça parque t'étais pas inscrite jme sentais abandonnée
Mais maintenant que t'es là ma femme tout va pour le mieux
manque plus qu'à buter Aslan et ce sera parfait
protège moi de Lorcan il entraîne mon double dans le pêché je l'aime pas #schizo

@R. ROSE LAMPROS mercii

@FILOMEN GALANIS
merciii ça fait trop plaisir J'espère que le reste plaira autant
ça me fait plein de perso en un en fait je triche un peu

@ASLAN S. KORNEPHOROS
C'est avec ce genre de raisonnement ridicule que tu te consoles mon petit héros mal-aimé?
On dit les "douze" travaux d'Héraclès hein pas les dix et on devrait même dire les onze vu le bide que t'as fait avec l'Hydre
Rassure-toi comme ça oui tu vas nous pêché la version du mythe improbable que personne ne retient Ma foi si ça t'aide à assumer ton échec fais-toi plaisir on va dire que j'existe pas oui
Ouais bah justement jte le dis moi Kamber elle veut pas de toi vas retrouver ta femme en essayant de pas la tuer et ce sera ton douzième exploit tiens en espérant que tu réussisses celui-ci
C'est pas en étant si peu aimable que je vais collaborer et te vendre mon Lorcan tu t'y prends mal pour changer
Et Despina te donnerait pas son cul même pour tout l'or du monde et pourtant c'est une pute comme tu dis alors c'est assez révélateur

_________________

my reality is just different than yours + Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice. Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice. Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.
EVERY ROSE HAS ITS THORN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
divinités mineures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 19/04/2016
PARCHEMINS : 1980
INCARNATION : Matthew Daddario
divinités mineures
Dim 4 Sep - 3:40
@Hermione Lernaía a écrit:
Et Despina te donnerait pas son cul même pour tout l'or du monde et pourtant c'est une pute comme tu dis alors c'est assez révélateur  



PUUUUUUUNCHLINE
c'est beau

_________________

Dolos ⊹ god of trickery and guile. He is also a master at cunning deception, craftiness, and treachery. He was known to be so tricky and cunning he could even trick the gods into believing his lies. (by anaëlle)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t273-a-woman-without-a-man-i
Mother of snakes, savior of women, hater of men
DEBUT DE TON ODYSSEE : 17/06/2016
PARCHEMINS : 440
INCARNATION : zhenya khatava
Dim 4 Sep - 9:27
Jpp de tous ces dcs de fou là Vous êtes en train de corrompre la bons citoyens innocents (aka moi ).

Je galère toujours sur mobile, mais imagine un ribambelle de gifs bien trouvés et de bon goûts pour signifier mon excitation face à un perso aussi cool

Je rappelle the obvious, mais t'es trop fab pour échapper à un lien

_________________

all monsters are human
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Dim 4 Sep - 16:37
@SILAS EBENUS c'était pour toi dans la paix et la bonne humeur

@A. MEDDIE ODZIKIN on aime corrompre c'est le boulot du staff
non en plus c'est vrai, c'est quand que tu demandes un DC ma petite vipère? Tu dois céder on l'a tous fait à ton tour, viens rejoindre le côté obscure de la force qu'on fasse des bébés schizo
j'ai pas d'imagination moi madame désolé
j'exige ma ribambelle de smileys et de gifs bien placés quand tu auras rejoins un ordinateur digne de ce nom
et un lien est obligatoire haine des hommes + reptiles d'une autre vie, on est faîte pour copiner

_________________

my reality is just different than yours + Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice. Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice. Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.
EVERY ROSE HAS ITS THORN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t773-name-one-hero-who-was-h
mortels
DEBUT DE TON ODYSSEE : 05/08/2016
PARCHEMINS : 457
LOCALISATION : à traîner ici ou là, à se demander quoi foutre de ses heures avant qu'elles s'égratignent
INCARNATION : ezra miller
mortels
Dim 4 Sep - 16:56
OH BAH OUI JE CONNAIS AMR. C'EST MON JEU CULTE. Je compte plus le nombre de fois où j'y ai joué, et encore j'ai pas réussi à récupérer tous les souvenirs. ALLEZ, T'ES ENCORE PLUS PARFAITE. QUE BUMBY SOIT AVEC TOI.

_________________

gun's 'n' roses › spiraling like fibonacci sequence, frequencies to bumping basement see them through these semen, caverns of complacent, see what we can do, adjacent to these turning tables, all the world is waking, but what I got in the time it's taking, blood on pavement, earth is quaking,

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t273-a-woman-without-a-man-i
Mother of snakes, savior of women, hater of men
DEBUT DE TON ODYSSEE : 17/06/2016
PARCHEMINS : 440
INCARNATION : zhenya khatava
Dim 4 Sep - 17:34
Dès que j'ai un ordi, j'ai quelques détails à régler mais le dc est déjà bien au chaud dans ma tête, et il va être fab Je faisais genre mais ça fait un moment déjà que j'ai craqué mentalement, je résistais juste pour attendre que ça soit plus calme comme période

En plus j'ai checké mais Méduse c'est la cousine de baby Hydra #photodefamilletropbg


_________________

all monsters are human
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité
Lun 5 Sep - 4:59
SILAS BOUGE DE LA.





SHE IS MINE !





CE MYTHE. CE VAVA. Tes choix dépotent.





Je suis la seule à pouvoir te rendre heureuse compris ?



Welcommmmme again chez toi.

Je n'ajouterais que ça :

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité
Mar 6 Sep - 23:24

OMG TU ES TROP PARFAITE

Non sérieux tous ces dc qui dépotent tout, je suis comme Meddie je risque de me laisser corrompre par a folie furieuse des dc, c'est mal

Non mais ton hermione ce prénom ffedjzhjoerhez         est juste tellement badass ave toutes ces personnalités pourquoi faudrait que ce soit silaslorcan le gardien hein ? chasse gardée je suis pas d'accord je connais pas, t'es trop belle et badass pour te contenter de ce clebard
Et le coup des prénoms dont les 5 premières lettres forment le mot hydre c'est le détail qui tue tout

et puis la musique de ta fiche est très cool

bref, je dis NON, c'est pas possible, on a déjà trop de serpents dans le coin merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t262-after-all-i-said-please
divinités mineures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 20/06/2016
PARCHEMINS : 492
LOCALISATION : Athène
INCARNATION : Scarlett Johansson
divinités mineures
Jeu 8 Sep - 0:47
Olala Capri j'avais pas vu ton DC  et j'suis beaucoup en retard aussi. MAIS PUTAIN DE BOURDEL DE OUF L'HYDRE DE LERNE QUOI re-welcoume chez toi. Ce choix de folie quoi, et ton vava encore un canon courage pour cette nouvelle fiche le titre d'ailleurs jkiffe la chanson tu vas encore nous envoyer du rêve avec une deuxième queen des bitchs jle sens
J'ai pas finis en faite

Que serait un message de bienvenue sans gif ?

Bien nul et vide !

Et sans intérêt

bon allez jme tire

Non en faite j'vais rester

on est bien là

vraiment bien

bon ok j'pars vraiment, bye

(bonus parce que ça m'a tué)

_________________



Dreaming loudly ♒︎ © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
http://metamorphoses.forumactif.org/t347-catwoman#6561
divinités mineures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 06/05/2016
PARCHEMINS : 157
INCARNATION : suki waterhouse.
divinités mineures
Jeu 8 Sep - 13:10
t'es moche


_________________

MUSE OF HYSTORY
CLIO WAS ONE OF THE NINE MUSES, THE GODDESSES OF MUSIC, SONG AND DANCE. HER NAME WAS DERIVED FROM THE GREEK VERB KLEO, "TO MAKE FAMOUS" OR "CELEBRATE". WHEN THE MUSES WERE ASSIGNED SPECIFIC LITERART AND ARTISTIC SPHERES, KLEIO WAS NAMED MUSE OF HISTORY. SHE WAS REPRESENTED HOLDING AN OPEN SCROLL OR SEATED BESIDE A CHEST OF BOOKS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
monstres et créatures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 22/08/2016
PARCHEMINS : 37
INCARNATION : Shiloh Fernandez
monstres et créatures
Lun 12 Sep - 20:31
j'ai pas de mots
ta plume, ce début de fiche, c'est juste incroyable c'est tellement bien écrit putain ce level que t'as, c'est même plus possible de l'atteindre je suis en amour total avec ce que t'as écrit. et je suis en amour total avec toi aussi  
ET BORDEL IL MÉRITAIT TELLEMENT DE CREVER À PETITS FEUX SOUS LES COUPS DE MA BATTE

_________________

Guardian of the Underworld
Cerberus make sure that the dead stay within the gates and the living stay away from them. His looks could frighten many mortals and demigods.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
HYDRA OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
DEBUT DE TON ODYSSEE : 02/09/2016
PARCHEMINS : 9
INCARNATION : Anna S.
HYDRA ✟ OUR BRAIN IS SICK BUT THAT'S OKAY
Mar 13 Sep - 4:12
@Nikias Raptis]HANNNN MAIS QUE C'EST BEAU    
JE CONNAIS PERSONNE A CHAQUE FOIS QUI CONNAIT CE JEU JME SENS MOINS SEULE      
Je me suis inspirée du Dr. Bumby pour une partie de l'histoire d'Hermione en plus tu peux vite capter laquelle
idem je veux tous les souvenirs      
BREF DU LOVE SUR TOI      

@A. Meddie Odzikin Jésus est arrivé depuis, trop de swag en toi What a Face
Ouiiiii y'a même des versions où c'est des soeurs
So entre monstres reptiliens et haineux on va s'entendre comme cul et chemise je le sens

@Chiara Kapranos cet accueil.. magique
c'était beau j'aime bien quand t'es territoriale
Ce gif de Margot gosh C'est mal de me tenter comme ça
mais bon au fond tu sais bien la vérité


@Théa A. Achelopoulos
OMG QUE D'AMOUR ET DE COMPLIMENTS

J'AIME CA CONTINUE
MAIS FAUT SE LAISSER CORROMPRE Sérieusement t'attends quoi pour te faire un DC? On a tous cédé là bientôt tu seras la seule sans trouble de la schizophrénie VIENS DU COTE OBSCURE DE LA FORCE
En plus Sissi m'a dit t'avais des idées moi je veux un mporn pour les connaître aussi
Hermione c'est bien grec, mais j'avoue je peux pas m'empêcher de penser à HP dès que je le vois Arrow Toutes les personnalités vont me donner du fil à retordre mais je prends le risque, vive les challenge d'ailleurs j'ai enfin posté l'histoire Miracle trois ans plus tard
D'où je suis à Lorcan ?!
JOKE OR JOKE?!
Non non mais y'a mensonge sur le deal là je suis pas d'accord Hermione elle crache sur les hommes donc y'a peu de chance qu'elle soit à Lorcan lui a a Despina et c'est déjà bien en fait.. le clebard a qu'un cinquième de moi il essaye de faire croire ses fantasmes mais que nenni, il a pas gagné les autres têtes y'a du chemin à parcourir mon lit mes bras sont ouverts
HANNNN T'AS VU CA
Je pensais personne allait remarquer, je me suis fais un petit kiff sur les prénoms
Bref merci ma petite aveugle peut-être que sous ce compte jt'aimerais bien

@Mary Ioannis T'AVAIS PAS VU JE ME DEDOUBLAIS
VOIR ME MULTIPLIAIS A L'INFINI AVEC TOUTES MES TÊTES
C'EST HONTEUUUUX


je plaisante, vu le retard que je prends pour répondre tu peux bien être en retard pour me souhaiter la bienvenue on est plus à ça près
OUII L'HYDRE
Ton DC c'est son papounet normalement donc nous faudra un lien de fifou je kiffe la chanson aussi, l'originale comme la version de Sucker Punch en tout cas merciiiii et non ce sera surtout la Queen des folles en fait dans le genre perturbée psychologiquement tu verras pas pire
Et cet accueil en gifs était GRANDIOSE


@Cléopâtre D. Lampros


@Lorcan Canidéos je t'ai déjà dit mais ça me fait super plaisir si ça te plait je voulais vraiment rester crédible sans tomber dans le trop explicite
à coups de batte ça me fait penser à Negan Arrow
j'ai hâte de rp avec eux, et puis trop de compliments tu m'as tué love

_________________

my reality is just different than yours + Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice. Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice. Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.
EVERY ROSE HAS ITS THORN
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
monstres et créatures
DEBUT DE TON ODYSSEE : 22/08/2016
PARCHEMINS : 37
INCARNATION : Shiloh Fernandez
monstres et créatures
Mar 13 Sep - 11:43
@Hermione Lernaía a écrit:
mais bon au fond tu sais bien la vérité

COMMENT ? COMMENT ?  COMMENT ?

@Hermione Lernaía a écrit:
D'où je suis à Lorcan ?!
JOKE OR JOKE?!
Non non mais y'a mensonge sur le deal là je suis pas d'accord Hermione elle crache sur les hommes donc y'a peu de chance qu'elle soit à Lorcan lui a a Despina et c'est déjà bien en fait.. le clebard a qu'un cinquième de moi

c'était écrit en tout petit quand tu m'as vendu ton âme
de toute façon dans le lot y a un mec, une lesbienne et une gamine, qu'est-ce que tu veux que je fasse de ça

_________________

Guardian of the Underworld
Cerberus make sure that the dead stay within the gates and the living stay away from them. His looks could frighten many mortals and demigods.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
WHERE IS MY MIND? (hermione)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Hermès express
but these names will never die

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES METAMORPHOSES :: THE SHOW MUST GO ON :: Zone membres :: le chant d'orphée :: les douze travaux d'hercule
-
Sauter vers: